ORL

Ce vaste champ médical regroupe les traitements médicaux et la chirurgie des maladies de l'oreille, du nez et de la gorge, base des troubles du crâne, ainsi que la chirurgie du cancer et des tumeurs bénignes de la tête et du cou.

Ce domaine médical couvre des branches spécifiques, telles que:

  • Otologie: anatomie et physiologie pathologiques de l'oreille, maladies, diagnostic et traitement
  • Neurotologie: médecine clinique, études et traitement des troubles neurologiques de l'oreille
  • Laryngologie
  • Oto-rhino-laryngologie pédiatrique
  • Traitement des troubles de la voix
  • Troubles du sommeil
  • Chirurgie plastique et reconstructive du visage
  • Rhinologie et chirurgie des sinus

Régulièrement, les chirurgiens français réalisent des premières mondiales telles que la 1ère reconstruction trachéale autologue complète chez un enfant (à partir de ses propres tissus), réalisée en avril 2018.

Aujourd'hui, sur les 3 065 hôpitaux et cliniques français, 957 traitent de la chirurgie maxillo-faciale, de la cavité buccale et maxillaire, 806 de la chirurgie buccale et dentaire, 766 du nez et des sinus, 604 des glandes salivaires, 582 du cancer ORL, 547 du cancer de la thyroïde.

Cancers ORL

Il existe plusieurs types de cancers ORL. On les classe généralement en fonction de l’emplacement de la tumeur.

  • Cavité buccale : langue, mâchoire, plancher de la bouche, joue, palais, lèvres.
  • Oropharynx : amygdale, voile du palais, base de langue, vallécule.
  • Larynx : cordes vocales, épiglotte, bandes ventriculaires, sous-glotte.
  • Hypopharynx et margelle laryngée : sinus piriforme, paroi postérieure pharyngée, région rétro- aryténoïdienne, bouche de l'œsophage.
  • Massif facial : nez, fosse nasale, sinus de la face, base du crâne, orbite, fosse infratemporale.
  • Nasopharynx : région située en arrière des fosses nasales et des sinus de la face.
  • Glandes salivaires : parotide, glandes salivaires principales et accessoires
  • Tumeurs de la thyroïde.
  • Tumeurs cutanées de la face et du cou.
  • Sarcomes et autres tumeurs rares ou exceptionnelles.

Les facteurs de risque sont clairement identifiés. Au premier rang : le tabac, l’alcool, mais aussi certains virus comme le papillomavirus (HPV). Les cancers faisant suite à une infection HPV touchent essentiellement l’oropharynx, en particulier les amygdales et la base de la langue. Contrairement aux autres cancers ORL, les hommes et les femmes sont concernés à proportion égale. Alors que généralement les cancers ORL surviennent autour de 60 ans, ceux survenant suite au virus HPV, se développent dès 40-45 ans, mais ils sont de meilleur pronostic.

D’une manière générale, la guérison des cancers ORL dépend du caractère localisé ou au contraire étendu des lésions.

Source: https://curie.fr/page/les-cancers-orl

Première reconstruction autologue de la trachée

Une équipe multidisciplinaire française a réalisé pour la première fois au monde une reconstruction trachéale autologue complète (à partir de ses propres tissus) chez un enfant.

L'équipe était composée du Dr Frédéric Kolb, chirurgien plasticique de Gustave Roussy, de l'équipe du Hôpital Necker-Enfants Malades AP-HP University Descartes - Prs Vincent Couloigner et Erea-Noël Garabedian, ORL et Dr Régis Gaudin, chirurgien cardiaque - et Dr Sacha Mussot, chirurgien thoracique à l'hôpital Marie Lannelongue.

Cette procédure réalisée il y a quatre ans, permet au patient de respirer sans trachéotomie et de reprendre une vie normale.

La prise en charge de la sténose trachéale chez un enfant est complexe et les patients présentant une sténose trachéale sévère nécessitent souvent un remplacement trachéal.

Il n'y a pas de méthode idéale pour reproduire les propriétés biomécaniques ou la fonction muqueuse de la trachée. Ici, nous rapportons les résultats d'un suivi de 4 ans chez un enfant qui avait subi un remplacement trachéal complet autologue. Bien qu'un autre enfant ait subi une reconstruction trachéale il y a 8 ans1,2, cet enfant a nécessité des insertions répétées d'endoprothèses endoluminales.

Une fille de 12 ans atteinte d'une sténose trachéale congénitale à long segment a dû subir un remplacement trachéal complet et urgent après l'échec de tous les autres traitements disponibles. Une trachée-broncho-plastie à lame longue pour réparer la trachée à l'âge de 6 mois et d'autres procédures endoscopiques et ouvertes multiples (par exemple, l'insertion de plusieurs stents endotrachéaux, une greffe de cartilage costal et un patch péricardique) n'avaient pas réussi à restaurer une trachée fonctionnelle stable.

En fin de compte, la granulation des deux bronches principales en raison d'un stent a conduit à des épisodes de pneumonie potentiellement mortels répétés, à deux réanimations cardiaques et à la cachexie (poids d'environ 20 kg à 12 ans). Étant donné que le patient n'avait pas d'autre option que les soins palliatifs, trois équipes chirurgicales (tête et cou, chirurgie cardiothoracique et plastique) ont collaboré pour tenter un remplacement trachéal complet autologue selon les techniques utilisées dans les procédures réussies qui avaient été effectuées chez les adultes.

Remplacement trachéal complet autologue chez le patient.

La patiente et ses parents ont donné leur consentement éclairé par écrit. Elle a reçu une oxygénation de la membrane extracorporelle, et après une sternotomie a été effectuée, un segment trachéal de 12 cm a été enlevé, avec la préservation du premier anneau de cartilage supérieur et la carène inférieure (figure 1A). Simultanément, une nouvelle trachée a été fabriquée. Il s'agissait d'un lambeau libre de latissimus dorsi myocutané dans lequel quatre élingues de chondrocartilage étaient insérées tous les 2 cm par voie sous-cutanée. Le volet a été formé en structures tubulaires autour d'une prothèse trachéale en silicone en forme de Y (Novatech). La trachéotomie a été réalisée à la jonction entre la trachée native et la nouvelle trachée.

L'évolution postopératoire s'est déroulée sans incident et le stent en silicone a été retiré au jour postopératoire 9. L'aspiration quotidienne de particules de l'arbre trachéobronchique a été nécessaire pendant 6 semaines pour éviter le colmatage bronchique et la pneumonie dus à la desquamation de la peau et au manque de clairance endoluminale.

La patiente est sortie de l'unité de soins intensifs le 55e jour et elle est rentrée chez elle le 68e jour. La trachéotomie a été maintenue pendant plus de 2 ans pour des raisons de sécurité et pour faciliter les bilans de santé. Lorsque la fermeture de la trachéotomie a été envisagée, une sténose trachéale à la jonction entre le volet et la trachée native a nécessité le retrait du premier anneau de cartilage trachéal, y compris la partie sténotique, et une réanastomose a été réalisée.

Au total, 44 mois après le remplacement trachéal complet et 13 mois après la fermeture de la trachéotomie (figure 1G à 1J), le patient n'a pas eu besoin d'un stent, d'un traitement immunosuppresseur ou d'une trachéotomie et s'est engagé dans les activités habituelles d'une période de 15 ans. -vieille fille. Elle pesait 36 kg et sa taille était d'environ 150 cm; ces deux valeurs étaient inférieures au troisième centile pour son âge. Son indice de masse corporelle (le poids en kilogrammes divisé par le carré de la hauteur en mètres) était de 16 (le huitième centile). Elle n'avait besoin que de physiothérapie.

Les améliorations concernant la doublure de la lumière et les anneaux de cartilage (rigidité du greffon) doivent encore être traitées dans cette technique. Jusqu'à ce que des organes bio-modifiés 1, 2, 4, 5 puissent être fabriqués pour les patients atteints de sténose trachéale, d'autres solutions pragmatiques telles que le remplacement trachéal complet autologue sont nécessaires.

Source: “New England Journal of Medicine /NEJM.org.”, published on April 05, 2018 and updated on May 17, 2018

Cancers ORL

Il existe plusieurs types de cancers ORL. On les classe généralement en fonction de l’emplacement de la tumeur.

  • Cavité buccale : langue, mâchoire, plancher de la bouche, joue, palais, lèvres.
  • Oropharynx : amygdale, voile du palais, base de langue, vallécule.
  • Larynx : cordes vocales, épiglotte, bandes ventriculaires, sous-glotte.
  • Hypopharynx et margelle laryngée : sinus piriforme, paroi postérieure pharyngée, région rétro- aryténoïdienne, bouche de l'œsophage.
  • Massif facial : nez, fosse nasale, sinus de la face, base du crâne, orbite, fosse infratemporale.
  • Nasopharynx : région située en arrière des fosses nasales et des sinus de la face.
  • Glandes salivaires : parotide, glandes salivaires principales et accessoires
  • Tumeurs de la thyroïde.
  • Tumeurs cutanées de la face et du cou.
  • Sarcomes et autres tumeurs rares ou exceptionnelles.

Les facteurs de risque sont clairement identifiés. Au premier rang : le tabac, l’alcool, mais aussi certains virus comme le papillomavirus (HPV). Les cancers faisant suite à une infection HPV touchent essentiellement l’oropharynx, en particulier les amygdales et la base de la langue. Contrairement aux autres cancers ORL, les hommes et les femmes sont concernés à proportion égale. Alors que généralement les cancers ORL surviennent autour de 60 ans, ceux survenant suite au virus HPV, se développent dès 40-45 ans, mais ils sont de meilleur pronostic.

D’une manière générale, la guérison des cancers ORL dépend du caractère localisé ou au contraire étendu des lésions.

Source: https://curie.fr/page/les-cancers-orl

Première reconstruction autologue de la trachée

Une équipe multidisciplinaire française a réalisé pour la première fois au monde une reconstruction trachéale autologue complète (à partir de ses propres tissus) chez un enfant.

L'équipe était composée du Dr Frédéric Kolb, chirurgien plasticique de Gustave Roussy, de l'équipe du Hôpital Necker-Enfants Malades AP-HP University Descartes - Prs Vincent Couloigner et Erea-Noël Garabedian, ORL et Dr Régis Gaudin, chirurgien cardiaque - et Dr Sacha Mussot, chirurgien thoracique à l'hôpital Marie Lannelongue.

Cette procédure réalisée il y a quatre ans, permet au patient de respirer sans trachéotomie et de reprendre une vie normale.

La prise en charge de la sténose trachéale chez un enfant est complexe et les patients présentant une sténose trachéale sévère nécessitent souvent un remplacement trachéal.

Il n'y a pas de méthode idéale pour reproduire les propriétés biomécaniques ou la fonction muqueuse de la trachée. Ici, nous rapportons les résultats d'un suivi de 4 ans chez un enfant qui avait subi un remplacement trachéal complet autologue. Bien qu'un autre enfant ait subi une reconstruction trachéale il y a 8 ans1,2, cet enfant a nécessité des insertions répétées d'endoprothèses endoluminales.

Une fille de 12 ans atteinte d'une sténose trachéale congénitale à long segment a dû subir un remplacement trachéal complet et urgent après l'échec de tous les autres traitements disponibles. Une trachée-broncho-plastie à lame longue pour réparer la trachée à l'âge de 6 mois et d'autres procédures endoscopiques et ouvertes multiples (par exemple, l'insertion de plusieurs stents endotrachéaux, une greffe de cartilage costal et un patch péricardique) n'avaient pas réussi à restaurer une trachée fonctionnelle stable.

En fin de compte, la granulation des deux bronches principales en raison d'un stent a conduit à des épisodes de pneumonie potentiellement mortels répétés, à deux réanimations cardiaques et à la cachexie (poids d'environ 20 kg à 12 ans). Étant donné que le patient n'avait pas d'autre option que les soins palliatifs, trois équipes chirurgicales (tête et cou, chirurgie cardiothoracique et plastique) ont collaboré pour tenter un remplacement trachéal complet autologue selon les techniques utilisées dans les procédures réussies qui avaient été effectuées chez les adultes.

Remplacement trachéal complet autologue chez le patient.

La patiente et ses parents ont donné leur consentement éclairé par écrit. Elle a reçu une oxygénation de la membrane extracorporelle, et après une sternotomie a été effectuée, un segment trachéal de 12 cm a été enlevé, avec la préservation du premier anneau de cartilage supérieur et la carène inférieure (figure 1A). Simultanément, une nouvelle trachée a été fabriquée. Il s'agissait d'un lambeau libre de latissimus dorsi myocutané dans lequel quatre élingues de chondrocartilage étaient insérées tous les 2 cm par voie sous-cutanée. Le volet a été formé en structures tubulaires autour d'une prothèse trachéale en silicone en forme de Y (Novatech). La trachéotomie a été réalisée à la jonction entre la trachée native et la nouvelle trachée.

L'évolution postopératoire s'est déroulée sans incident et le stent en silicone a été retiré au jour postopératoire 9. L'aspiration quotidienne de particules de l'arbre trachéobronchique a été nécessaire pendant 6 semaines pour éviter le colmatage bronchique et la pneumonie dus à la desquamation de la peau et au manque de clairance endoluminale.

La patiente est sortie de l'unité de soins intensifs le 55e jour et elle est rentrée chez elle le 68e jour. La trachéotomie a été maintenue pendant plus de 2 ans pour des raisons de sécurité et pour faciliter les bilans de santé. Lorsque la fermeture de la trachéotomie a été envisagée, une sténose trachéale à la jonction entre le volet et la trachée native a nécessité le retrait du premier anneau de cartilage trachéal, y compris la partie sténotique, et une réanastomose a été réalisée.

Au total, 44 mois après le remplacement trachéal complet et 13 mois après la fermeture de la trachéotomie (figure 1G à 1J), le patient n'a pas eu besoin d'un stent, d'un traitement immunosuppresseur ou d'une trachéotomie et s'est engagé dans les activités habituelles d'une période de 15 ans. -vieille fille. Elle pesait 36 kg et sa taille était d'environ 150 cm; ces deux valeurs étaient inférieures au troisième centile pour son âge. Son indice de masse corporelle (le poids en kilogrammes divisé par le carré de la hauteur en mètres) était de 16 (le huitième centile). Elle n'avait besoin que de physiothérapie.

Les améliorations concernant la doublure de la lumière et les anneaux de cartilage (rigidité du greffon) doivent encore être traitées dans cette technique. Jusqu'à ce que des organes bio-modifiés 1, 2, 4, 5 puissent être fabriqués pour les patients atteints de sténose trachéale, d'autres solutions pragmatiques telles que le remplacement trachéal complet autologue sont nécessaires.

Source: “New England Journal of Medicine /NEJM.org.”, published on April 05, 2018 and updated on May 17, 2018