Cardiologie

Avec une opération à cœur ouvert pratiquée juste après la Seconde Guerre mondiale et la première greffe de coeur européenne il y a 50 ans, en avril 1968, la France a toujours maintenu une expérience et des compétences de classe mondiale dans le domaine de la cardiologie.


Depuis, les médecins et chirurgiens français utilisent des techniques et technologies de pointe dans.

  • Cardiologie interventionnelle: soins des artères coronaires sans chirurgie,
  • Cardiomyopathie dilatée: le premier stent coronaire au monde a été implanté en mars 1986, par le Pr. Puel à Toulouse et en avril 1986, la première valvuloplastie aortique à ballonnet par le Pr. Cribier à Rouen
  • Cardiologie avec traitement non chirurgical des valvules cardiaques: les toutes premières valvules bioprothèses valvulaires au monde conçues et mises en œuvre par le Pr. Carpentier à la fin des années 60, le premier TAVI au monde (implantation de la valve aortique transcathéter) en avril 2002 par le Pr. Cribier à Rouen et premier remplacement de valvule mitrale au monde sous endoscopie par transcathéter réalisé par l'hôpital de l'Institut de Cardiologie de Lille en novembre 2018-
  • Electrophysiologie: stimulateurs cardiaques et défibrillateurs sans plomb, ablation des arythmies cardiaques
  • Transplantation cardiaque: leader européen depuis 1968 en termes d'activité (plus de 500 transplantations cardiaques par an, environ 10% du total mondial), réalisant des premières mondiales avec le premier, et toujours le seul, cœur artificiel totalement autonome, le CARMAT construit mis en œuvre chez un humain en 2013 par le Pr. Carpentier à Paris.

1 172 sur 3 065 hôpitaux et cliniques en France traitent les infarctus, 763 l'hypertension, 536 peuvent implanter des  pacemarkers et des traitements électriques intracardiaques, 399 des traitements des veines et des artères, 384 des traitements des carotides, 56 des chirurgies cardiaques des adultes, 16 sur les enfants et les jeunes adultes.


Dans ces domaines de pointe, C3Medical est fier de s'associer étroitement pour les adultes avec l'hôpital IMM / Institut Mutualiste Montsouris (voir la vidéo dans l'introduction de la section Pathologies complexes) basé à Paris, gérant l'activité de ses patients internationaux et avec Necker - Enfants Malades, hôpital parisien pour enfants.

Avril 1968 - Première transplantation cardiaque en Europe

Il y a maintenant un demi-siècle, en Avril 1968, 4 mois après la première transplantation cardiaque pratiquée par le Pr Christiaan Barnard à l'hôpital de Groote Shuur (Le Cap, Afrique du Sud), le Pr Alain Cabrol pratique à Paris la première transplantation cardiaque en Europe.

Premier coeur artificiel autonome - CARMAT

CŒUR BIOPROSTHETIQUE CARMAT


Le 27 octobre 2008, le Professeur français et spécialiste de la transplantation cardiaque Alain F. Carpentier a annoncé qu'un cœur artificiel entièrement implantable serait prêt pour un essai clinique d'ici 2011 et pour une greffe alternative en 2013.

Il a été développé par lui et serait fabriqué par la société biomédicale CARMAT SA, une joint-venture entre Pr. Carpentier, le groupe français Matra et la société de capital-risque Truffle Capital.

Le prototype utilisait des capteurs électroniques intégrés et était fabriqué à partir de tissus animaux traités chimiquement, appelés "biomatériaux", ou "pseudo-peau" de matériaux biosynthétiques et microporeux.

Selon un communiqué de presse de Carmat du 20 décembre 2013, la première implantation de son cœur artificiel chez un patient de 75 ans a été réalisée le 18 décembre 2013 par l'équipe de l'hôpital européen Georges Pompidou à Paris (France). Le patient est décédé 75 jours après l'opération.

Dans la conception de Carmat, deux chambres sont chacune divisées par une membrane qui retient le fluide hydraulique d'un côté. Une pompe motorisée déplace le fluide hydraulique dans et hors des chambres, et ce fluide provoque le déplacement de la membrane; le sang coule de l'autre côté de chaque membrane. La face de la membrane tournée vers le sang est constituée de tissu obtenu à partir d'une poche qui entoure le cœur d'une vache, pour rendre le dispositif plus biocompatible.

Le dispositif Carmat utilise également des valves en tissu de cœur de vache et possède des capteurs pour détecter une augmentation de la pression à l'intérieur du dispositif. Les informations sont envoyées à un système de contrôle interne qui peut ajuster le débit en réponse à une demande accrue, par exemple lorsqu'un patient fait de l'exercice. Cela le distingue des conceptions précédentes qui maintiennent un débit constant.

Le dispositif Carmat, contrairement aux conceptions précédentes, est destiné à être utilisé en cas d'insuffisance cardiaque terminale, au lieu d'être utilisé comme dispositif d'attente pendant que le patient attend une greffe. À 900 grammes, il pèse près de trois fois le poids d'un cœur typique et est principalement destiné aux personnes obèses. Cela nécessite également que le patient transporte une batterie Li-Ion supplémentaire. La durée de vie prévue du cœur artificiel est d'environ 5 ans (230 millions de battements).

En 2016, les essais pour le "cœur entièrement artificiel" Carmat ont été interdits par l'Agence nationale de sécurité et de médecine en Europe après confirmation des taux de survie courts. L'interdiction a été levée en mai 2017. À cette époque, un rapport européen a déclaré que la thérapie cellulaire C-Cure de Celyad pour l'insuffisance cardiaque ischémique "ne pouvait aider qu'une sous-population de participants à l'étude de phase III, et Carmat espère que son cœur artificiel sera en mesure de pour traiter une proportion plus élevée de patients souffrant d'insuffisance cardiaque".

Une mise à jour de janvier 2019 en Europe a déclaré que le seul cœur entièrement artificiel actuellement sur le marché était le dispositif SynCardia et que le cœur artificiel du Carmat ("conçu pour s'autoréguler, en modifiant le flux sanguin en fonction de l'activité physique du patient") était toujours au stade précoce des essais.

Ce rapport indiquait également que Carmat espérait, en fait, "obtenir l'approbation du marché pour son implant cette année, mais qu'il vise maintenant à le faire l'année prochaine. Cela s'explique notamment par le fait que la technologie complexe a été affinée dans le processus de fabrication."

Source: Wikipedia (19/05/2019)

 

 

CŒUR ARTIFICIEL CARMAT: ONZIÈME PATIENT IMPLANTÉ

Un patient de sexe masculin vient de subir une transplantation cardiaque réussie cinq mois après avoir reçu un cœur artificiel Carmat. La chirurgie a été réalisée au Centre National de Recherche en Chirurgie Cardiaque à Astana, au Kazakhstan.

Il s'agit du deuxième patient à subir ce type de procédure. Le premier patient d'Astana a reçu un cœur artificiel Carmat en octobre 2017 et n'avait pas été admissible à une greffe cardiaque en raison de son hypertension.

Au cours des huit mois qui ont suivi la réception du cœur artificiel, l'état du patient transplanté s'est stabilisé et une chirurgie de transplantation pouvait éventuellement être effectuée. «Cette première mondiale montre que le cœur artificiel Carmat convient également aux patients présentant des comorbidités qui empêchent la transplantation dans un premier temps», explique Stéphane Piat, PDG de Carmat, même si «son objectif principal est d'offrir une alternative thérapeutique permanente étant donné le manque d'organes de transplantation".
 
La société française mène actuellement une étude pivot européenne pour "obtenir le feu vert pour vendre le produit en Europe (marquage CE) en 2019". Parmi les 11 premiers patients à recevoir un cœur Carmat, le taux de survie à un mois est de 91%: un patient est décédé après quelques semaines d'une infection qui, selon la société, n'était pas liée à la prothèse. "Nous sommes passés à la deuxième partie de l'étude avec le onzième patient qui vient de subir une greffe", explique Stéphane Piat. "Mon objectif est de terminer l'étude d'ici la fin de l'année, comme prévu. Cependant, pour maximiser nos chances de succès, il faut encore être prudent dans la sélection des neuf derniers patients". La survie à six mois de vingt patients sera cruciale pour la certification européenne.
 
Deux autres pays sont actuellement impliqués dans l'étude clinique, à savoir la République tchèque avec IKEM, à Prague et le Danemark avec Rigshospitalet, à Copenhague. "Nous sommes en discussions très avancées avec la FDA et espérons obtenir l'autorisation de démarrer une étude de faisabilité aux États-Unis d'ici la fin de cette année", ajoute le PDG.

Source: Les Echos & AFP, Chantal Houzelle (28/09/2018)

Premier remplacement non-invasif de la valve mitrale

L'équipe médico-chirurgicale de l'Institut Cœur Poumon du CHU de Lille dirigée par le Pr Eric Van Belle  et le Dr Thomas Modine a réalisé le remplacement d'une valve cardiaque mitrale sans ouverture du thorax ni du cœur. Cette intervention mini-invasive, pratiquée en novembre 2018, a permis un rétablissement très rapide de la patiente opérée.

C'est en effet en passant par les voies naturelles à partir d'une simple ponction dans une veine de la jambe de la patiente, que cette valve a été implantée à travers un cathéter, sans besoin d'arrêter le cœur. 

L'opération visait à corriger une défaillance sévère de fonctionnement de la valve mitrale,  indispensable au fonctionnement du cœur, chez une patiente qui présentait un risque opératoire trop élevé pour subir une chirurgie conventionnelle à thorax ouvert. Cette prouesse médicale a été rendue possible par l'utilisation d'une nouvelle génération de valve mitrale spécialement conçue à cet effet (valve Céphéa). Elle a été réalisée avec la participation du Pr Godart, en cardiologie pédiatrique, du Dr Brandt anesthésiste et des Dr Pontana et Dr Coisne pour l'imagerie, du CHU de Lille.

Un réel espoir pour les patients souffrant d'insuffisance mitrale
L'insuffisance (ou fuite) mitrale est la maladie des valves cardiaques la plus fréquente. Elle est responsable d'insuffisance cardiaque, c'est à dire un essoufflement au moindre effort très invalidant, et de l'apparition d'œdèmes dans les jambes.

L'insuffisance mitrale peut apparaître avec l'âge ou être la séquelle d'une maladie cardiaque antérieure comme un infarctus du myocarde

Jusqu'alors, le seul traitement chirurgical existant consistait à ouvrir le thorax pour réparer la valve, ou la remplacer par une prothèse. Cette intervention innovante, pratiquée au CHU de Lille, représente un réel espoir pour les personnes souffrant d'une insuffisance de la valve mitrale pour lesquelles aucun des traitements à disposition actuellement n'est efficace et présentant un risque trop élevé pour prétendre à une chirurgie conventionnelle. Elle pourrait ainsi à l'avenir bénéficier à de nombreux patients.

Source: site internet du CHU de Lille - 1 Février 2019 – “A la une, 1ères mondiales, Innovation, Cardiologie - Pneumologie, Chirurgie - Chirurgie ambulatoire, Newsletter 976”

Avril 1968 - Première transplantation cardiaque en Europe

Il y a maintenant un demi-siècle, en Avril 1968, 4 mois après la première transplantation cardiaque pratiquée par le Pr Christiaan Barnard à l'hôpital de Groote Shuur (Le Cap, Afrique du Sud), le Pr Alain Cabrol pratique à Paris la première transplantation cardiaque en Europe.

Premier coeur artificiel autonome - CARMAT

CŒUR BIOPROSTHETIQUE CARMAT


Le 27 octobre 2008, le Professeur français et spécialiste de la transplantation cardiaque Alain F. Carpentier a annoncé qu'un cœur artificiel entièrement implantable serait prêt pour un essai clinique d'ici 2011 et pour une greffe alternative en 2013.

Il a été développé par lui et serait fabriqué par la société biomédicale CARMAT SA, une joint-venture entre Pr. Carpentier, le groupe français Matra et la société de capital-risque Truffle Capital.

Le prototype utilisait des capteurs électroniques intégrés et était fabriqué à partir de tissus animaux traités chimiquement, appelés "biomatériaux", ou "pseudo-peau" de matériaux biosynthétiques et microporeux.

Selon un communiqué de presse de Carmat du 20 décembre 2013, la première implantation de son cœur artificiel chez un patient de 75 ans a été réalisée le 18 décembre 2013 par l'équipe de l'hôpital européen Georges Pompidou à Paris (France). Le patient est décédé 75 jours après l'opération.

Dans la conception de Carmat, deux chambres sont chacune divisées par une membrane qui retient le fluide hydraulique d'un côté. Une pompe motorisée déplace le fluide hydraulique dans et hors des chambres, et ce fluide provoque le déplacement de la membrane; le sang coule de l'autre côté de chaque membrane. La face de la membrane tournée vers le sang est constituée de tissu obtenu à partir d'une poche qui entoure le cœur d'une vache, pour rendre le dispositif plus biocompatible.

Le dispositif Carmat utilise également des valves en tissu de cœur de vache et possède des capteurs pour détecter une augmentation de la pression à l'intérieur du dispositif. Les informations sont envoyées à un système de contrôle interne qui peut ajuster le débit en réponse à une demande accrue, par exemple lorsqu'un patient fait de l'exercice. Cela le distingue des conceptions précédentes qui maintiennent un débit constant.

Le dispositif Carmat, contrairement aux conceptions précédentes, est destiné à être utilisé en cas d'insuffisance cardiaque terminale, au lieu d'être utilisé comme dispositif d'attente pendant que le patient attend une greffe. À 900 grammes, il pèse près de trois fois le poids d'un cœur typique et est principalement destiné aux personnes obèses. Cela nécessite également que le patient transporte une batterie Li-Ion supplémentaire. La durée de vie prévue du cœur artificiel est d'environ 5 ans (230 millions de battements).

En 2016, les essais pour le "cœur entièrement artificiel" Carmat ont été interdits par l'Agence nationale de sécurité et de médecine en Europe après confirmation des taux de survie courts. L'interdiction a été levée en mai 2017. À cette époque, un rapport européen a déclaré que la thérapie cellulaire C-Cure de Celyad pour l'insuffisance cardiaque ischémique "ne pouvait aider qu'une sous-population de participants à l'étude de phase III, et Carmat espère que son cœur artificiel sera en mesure de pour traiter une proportion plus élevée de patients souffrant d'insuffisance cardiaque".

Une mise à jour de janvier 2019 en Europe a déclaré que le seul cœur entièrement artificiel actuellement sur le marché était le dispositif SynCardia et que le cœur artificiel du Carmat ("conçu pour s'autoréguler, en modifiant le flux sanguin en fonction de l'activité physique du patient") était toujours au stade précoce des essais.

Ce rapport indiquait également que Carmat espérait, en fait, "obtenir l'approbation du marché pour son implant cette année, mais qu'il vise maintenant à le faire l'année prochaine. Cela s'explique notamment par le fait que la technologie complexe a été affinée dans le processus de fabrication."

Source: Wikipedia (19/05/2019)

 

 

CŒUR ARTIFICIEL CARMAT: ONZIÈME PATIENT IMPLANTÉ

Un patient de sexe masculin vient de subir une transplantation cardiaque réussie cinq mois après avoir reçu un cœur artificiel Carmat. La chirurgie a été réalisée au Centre National de Recherche en Chirurgie Cardiaque à Astana, au Kazakhstan.

Il s'agit du deuxième patient à subir ce type de procédure. Le premier patient d'Astana a reçu un cœur artificiel Carmat en octobre 2017 et n'avait pas été admissible à une greffe cardiaque en raison de son hypertension.

Au cours des huit mois qui ont suivi la réception du cœur artificiel, l'état du patient transplanté s'est stabilisé et une chirurgie de transplantation pouvait éventuellement être effectuée. «Cette première mondiale montre que le cœur artificiel Carmat convient également aux patients présentant des comorbidités qui empêchent la transplantation dans un premier temps», explique Stéphane Piat, PDG de Carmat, même si «son objectif principal est d'offrir une alternative thérapeutique permanente étant donné le manque d'organes de transplantation".
 
La société française mène actuellement une étude pivot européenne pour "obtenir le feu vert pour vendre le produit en Europe (marquage CE) en 2019". Parmi les 11 premiers patients à recevoir un cœur Carmat, le taux de survie à un mois est de 91%: un patient est décédé après quelques semaines d'une infection qui, selon la société, n'était pas liée à la prothèse. "Nous sommes passés à la deuxième partie de l'étude avec le onzième patient qui vient de subir une greffe", explique Stéphane Piat. "Mon objectif est de terminer l'étude d'ici la fin de l'année, comme prévu. Cependant, pour maximiser nos chances de succès, il faut encore être prudent dans la sélection des neuf derniers patients". La survie à six mois de vingt patients sera cruciale pour la certification européenne.
 
Deux autres pays sont actuellement impliqués dans l'étude clinique, à savoir la République tchèque avec IKEM, à Prague et le Danemark avec Rigshospitalet, à Copenhague. "Nous sommes en discussions très avancées avec la FDA et espérons obtenir l'autorisation de démarrer une étude de faisabilité aux États-Unis d'ici la fin de cette année", ajoute le PDG.

Source: Les Echos & AFP, Chantal Houzelle (28/09/2018)

Premier remplacement non-invasif de la valve mitrale

L'équipe médico-chirurgicale de l'Institut Cœur Poumon du CHU de Lille dirigée par le Pr Eric Van Belle  et le Dr Thomas Modine a réalisé le remplacement d'une valve cardiaque mitrale sans ouverture du thorax ni du cœur. Cette intervention mini-invasive, pratiquée en novembre 2018, a permis un rétablissement très rapide de la patiente opérée.

C'est en effet en passant par les voies naturelles à partir d'une simple ponction dans une veine de la jambe de la patiente, que cette valve a été implantée à travers un cathéter, sans besoin d'arrêter le cœur. 

L'opération visait à corriger une défaillance sévère de fonctionnement de la valve mitrale,  indispensable au fonctionnement du cœur, chez une patiente qui présentait un risque opératoire trop élevé pour subir une chirurgie conventionnelle à thorax ouvert. Cette prouesse médicale a été rendue possible par l'utilisation d'une nouvelle génération de valve mitrale spécialement conçue à cet effet (valve Céphéa). Elle a été réalisée avec la participation du Pr Godart, en cardiologie pédiatrique, du Dr Brandt anesthésiste et des Dr Pontana et Dr Coisne pour l'imagerie, du CHU de Lille.

Un réel espoir pour les patients souffrant d'insuffisance mitrale
L'insuffisance (ou fuite) mitrale est la maladie des valves cardiaques la plus fréquente. Elle est responsable d'insuffisance cardiaque, c'est à dire un essoufflement au moindre effort très invalidant, et de l'apparition d'œdèmes dans les jambes.

L'insuffisance mitrale peut apparaître avec l'âge ou être la séquelle d'une maladie cardiaque antérieure comme un infarctus du myocarde

Jusqu'alors, le seul traitement chirurgical existant consistait à ouvrir le thorax pour réparer la valve, ou la remplacer par une prothèse. Cette intervention innovante, pratiquée au CHU de Lille, représente un réel espoir pour les personnes souffrant d'une insuffisance de la valve mitrale pour lesquelles aucun des traitements à disposition actuellement n'est efficace et présentant un risque trop élevé pour prétendre à une chirurgie conventionnelle. Elle pourrait ainsi à l'avenir bénéficier à de nombreux patients.

Source: site internet du CHU de Lille - 1 Février 2019 – “A la une, 1ères mondiales, Innovation, Cardiologie - Pneumologie, Chirurgie - Chirurgie ambulatoire, Newsletter 976”