Réseau d'hôpitaux partenaires de C3Medical

Récompensé de 6 prix Nobel, l'Institut Curie est à la pointe de la lutte contre le cancer depuis 1909

C3Medical est fier de gérer les patients internationaux de l'Institut Curie.

Implanté à Paris sur 3 sites, l'Institut Curie est une fondation privée à but non lucratif et l'un des principaux centres de recherche médicale, biologique et biophysique au monde.

Depuis sa fondation en 1909, l'Institut Curie rassemble sur le même site des équipes médicales et de recherche et a été le premier du genre à fonctionner de cette manière.

Cette collaboration en équipe de travail a conduit à l'introduction d'innovations majeures telles que la radiothérapie dans les années 1920, l'un des premiers hôpitaux au monde à exploiter un centre de protonthérapie en 1991, et plus récemment, avec l'utilisation de l'intelligence artificielle, recherches sur l'ADN et immunothérapie.

Institut Curie

Récompensé de 6 prix Nobel, l'Institut Curie est à la pointe de la lutte contre le cancer depuis 1909.

C3Medical est fier de gérer la patientèle internationale de l'Institut Curie.

Implanté à Paris sur 3 sites, l'Institut Curie est une fondation privée à but non lucratif et l'un des principaux centres de recherche médicale, biologique et biophysique au monde.

Depuis sa fondation en 1909 - et le premier à fonctionner comme tel -, l'Institut Curie regroupe sur un même site des équipes médicales et de recherche.

Cette collaboration en équipe a mené à l'introduction d'innovations médicales majeures telles que la radiothérapie dans les années 1920, étant l'un des premiers hôpitaux au monde à exploiter un centre de protonthérapie en 1991, et plus récemment, l'utilisation de l'intelligence, la recherche sur l'ADN et l'immunothérapie.

HISTOIRE

L'Institut du Radium, laboratoire géant de Marie Curie, a été fondé en 1909 par l'Université de Paris et l'Institut Pasteur.

L'Institut du Radium avait 2 divisions:

  • Le laboratoire Curie, dirigé par Marie Curie, dédié à la recherche en physique et chimie
  • Le laboratoire Pasteur, dirigé par le Dr Claudius Regaud, pour étudier les effets biologiques et médicaux de la radioactivité

Après avoir reçu un prix Nobel conjoint avec son mari Pierre en 1903, Marie Curie a remporté un deuxième prix Nobel de chimie en 1911. Pendant la Première Guerre mondiale, Marie Curie a utilisé sa célébrité pour enseigner aux infirmières la radiologie et collecter des fonds pour équiper les ambulances avec de l'équipement de radiographie. Marie Curie et le Dr Claudius Regaud ont créé la Fondation Curie en 1920, reconnue comme une institution d'intérêt public.

La Fondation avait pour objectif de financer les activités de l'Institut du Radium et de contribuer au développement de ses activités thérapeutiques. Un premier hôpital a ouvert ses portes en 1922, où le Dr Regaud et son équipe ont développé les premiers traitements combinant la chirurgie et la radiothérapie pour soigner le cancer.

La Fondation Curie est devenue le premier hôpital de cancérologie et un modèle pour les centres de cancérologie dans le monde.
Le laboratoire Curie a continué de jouer un rôle important dans la recherche en physique et en chimie. En 1934, la fille de Marie Curie Irène et son gendre Frédéric Joliot-Curie découvrent la radioactivité artificielle. En 1935, cette percée a été récompensée par un prix Nobel de chimie.

L'Institut du Radium et la Fondation Curie ont fusionné en 1970 pour devenir l'Institut Curie, se concentrant sur 3 missions: la recherche, l'enseignement et le traitement du cancer.

Au total, 6 prix Nobel ont été décernés aux équipes de recherche de l'Institut Curie:

  • Marie Curie, Physique, 1903
  • Pierre Curie, Physique, 1903
  • Marie Curie. Chimie, 1911
  • Irène Joliot-Curie, Chimie, 1935
  • Frédéric Joliot-Curie, Chimie, 1935
  • Pierre-Gilles de Gennes, Physique, 1991

RECHERCHE ET ENSEIGNEMENT

L'Institut Curie exploite désormais plusieurs unités de recherche en coopération avec des instituts de recherche nationaux - comme le CNRS (Centre National de Recherche Scientifique), l'INSERM (Centre National de Recherche en Santé et Médecine) -, des institutions européennes et internationales.

Le personnel international est de 1 100 personnes, réparties en 86 équipes.

En 2016, les chercheurs de l'Institut Curie ont produit 777 publications, mené 31 projets européens de recherche high-tech dans différents domaines:

  • Génétique et épigénétique
  • Biologie moléculaire de la cellule
  • Développement et cancer
  • Chimie physique des cellules
  • Immunothérapies des cancers
  • Bioinformatique et biologie des systèmes
  • Biologie et chimie des rayonnements
  • Signalisation cellulaire et cancer
  • Imagerie: des molécules à l'organisme vivant
  • Biologie tumorale-Immunologie-Microenvironnement
  • Physique-Biologie-Chimie et Cancer

HÔPITAL

L'hôpital Institut Curie est exclusivement dédié au traitement du cancer, par radiothérapie, protonthérapie, chirurgie et chimiothérapie, avec 365 lits et 86 fauteuils de chimiothérapie.

L'Institut Curie gère aujourd'hui l'hôpital Claudius Régaud avec son équipe de 2 100 médecins et assistants médicaux et depuis 1991 un centre de protonthérapie.

Le centre de protonthérapie, situé à Orsay, au sud de Paris, est l'une des rares et les premières de ces installations à fonctionner dans le monde. En termes d'activité, il est classé N ° 1 pour les cancers ophtalmologiques et N ° 4 pour tous les autres types de cancers.

Dans le traitement des autres types de cancer, l'expertise de base de l'Institut Curie Hospital porte sur:

  • Cancers pédiatriques
  • Tumeurs oculaires
  • Cancers du sein
  • Cancers du poumon
  • Chirurgie des sarcomes complexes

En 2016, l'hôpital a accueilli 51 486 patients de 79 nationalités différentes.

INFRASTRUCTURE DE MÉDECINE NUCLÉAIRE

L'Institut Curie rassemble des équipements de pointe tels que

  • 12 accélérateurs
  • 10 appareils d'imagerie
  • 5 appareils de médecine nucléaire
  • 3 unités de protonthérapie avec chargeurs automatiques et robots

CENTRE DE PROTON-THÉRAPIE

En activité depuis près de 3 décennies (1991), le CPO (Centre de Protonthérapie d'Orsay) dispose de 3 salles de soins:

  • Un pour les traitements ophtalmologiques et intra-crâniens, où le patient est assis;
  • Un pour les traitements intra-crâniens, où le patient est allongé ou assis;
  • Un pour les emplacements intra-crâniens et / ou d'autres parties du corps, équipé d'un bras isocentrique pour les traitements en position couchée,

Dans les deux premières salles de traitement - où le faisceau de protons est fixe et horizontal -, le patient est positionné sur une table ou une chaise, selon le faisceau.

Afin de pouvoir choisir l'emplacement du faisceau par rapport à la lésion, le patient est placé sur une table ou une chaise robotisée pour un positionnement ultra précis.

La pièce avec le bras isocentrique permet au faisceau de se déplacer à 360 °. Lorsque le patient s'incline sur une table de traitement, le faisceau est ensuite positionné avec une précision fine.

L'accélérateur de protons

L'accélérateur de protons est un accélérateur circulaire, appelé cyclotron.

La source de protons - plasma d'hydrogène - est située au centre de la chambre d'accélération.

Les protons sont accélérés à l'aide d'un champ électrique intense atteignant 230 MeV (millions d'électrovolts) avant d'être canalisés par le vide vers les salles de traitement.

L'avantage physique et l'avantage clinique des protons

L'avantage des protons est essentiellement balistique.

Le proton est une particule fortement chargée, qui dépose son énergie le long de sa trajectoire avant de s'arrêter brusquement à un certain point et de délivrer une charge d'énergie élevée.

Au-delà de ce point, la dose est presque nulle. Le proton a tendance à aller droit et la diffusion latérale est faible, de sorte que la dose délivrée aux tissus entourant la tumeur est faible.

Il est possible d'atteindre la dose optimale pour la tumeur sans dépasser la dose maximale admissible pour les tissus adjacents sains et sensibles, ce qui contribue à réduire le risque d'effets secondaires différés se produisant plusieurs semaines à plusieurs années après la radiation.

Source: site Internet de l'Institut Curie - 14/06/2019

IMM - Institut Mutualiste Montsouris

Situé à Paris, construit en 1999 suite à la fusion du Centre Médico-Chirurgical de la porte de Choisy (CMC) et de l'Hôpital International de l'Université de Paris (HIUP), l'Institut Mutualiste Montsouris (IMM) est un hôpital multidisciplinaire, connue pour ses soins médicaux et chirurgicaux de maladies graves et complexes, en cancérologie, maladies cardiovasculaires, fonctionnelles et chroniques. L'IMM dispose également d'une maternité et d'un centre psychiatrique pour adolescents.

L'IMM propose une expertise médicale, chirurgicale et des technologies haut de gamme dans une structure moderne et fonctionnelle où une attention particulière est portée au confort et au bien-être de ses patients.

Centre d'excellence de la recherche et de l'enseignement, l'IMM est à la pointe de l'innovation et est l'un des premiers établissements médicaux en France.

L'IMM est un hôpital complet et de pointe:

• 470 lits, répartis sur 55 000 m2, dont:
• 340 lits d'hôpitaux traditionnels en chirurgie, médecine et obstétrique
• 21 lits d'hospitalisation (11 polyvalents et 10 oncologiques)
• 28 unités de chirurgie ambulatoire
• 13 stations de dialyse
• 4 unités pour la procréation assistée
• 68 lits et unités de psychiatrie pour adolescents (dont 30 lits en hôpital de jour)

Chaque année, il accueille plus de 35 000 patients, fournit 160 000 consultations et réalise plus de 15 000 opérations chirurgicales.

 

Une équipe dédiée gérée par C3Medical pour accompagner les patients étrangers

L'IMM accueille chaque année des centaines de patients du monde entier, avec
un seul objectif en tête, offrir des soins de la plus haute qualité avec les dernières innovations
et des équipes médicales hautement expérimentées et formées.

Il est donc très expérimenté dans l'organisation et la compréhension des besoins des patients internationaux - des patients souvent livrés à eux-mêmes dans un pays ou une ville qu'ils connaissent peu.

 

L'IMM dispose d'une plateforme technique de pointe, ouverte 24h / 24, composée de:

• 17 blocs opératoires et un SSPI (salle de soins post-interventionnels)
• Service de réanimation polyvalent
• Unités de chirurgie ambulatoire
• Plateforme d'exploration pneumologique, digestive, urologique, ORL et cardiovasculaire comprenant: plateformes d'endoscopie trachéobronchique, digestive et ORL
• Centres fonctionnels respiratoires, œsophagiens et cardiovasculaires
• Consultations digestives, urologiques, gynécologiques, ORL, cardiovasculaires, thoraciques, médicales, orthopédiques et ophtalmiques.
• Service de bronchoscopie interventionnelle
• Plateforme d'imagerie médicale avec: imagerie standard, imagerie interventionnelle, échographie et Doppler
• 2 scanners 64 bandes de dernière génération (DISCOVERY CT 750 HD),
• IRM (1,5 tesla),
• Unités de radiofréquence et de cryothérapie
• Laboratoire de biologie médicale de pointe ouvert à tous
• Laboratoire d'anatomopathologie
• Pharmacie à usage intérieur comprenant Retrocession et UPC (Unité de préparation centralisée pour la chimiothérapie)
• Structure de recherche clinique avec 3 associés de recherche clinique.
• Service de procréation médicalement assistée (PMA)

L'IMM héberge également le Centre IMM-R. Un centre innovant d'expérimentation et de recherche appliquée, leader européen en matière de recherche, de progrès technique et de formation.

AP-HP - Assistance Publique et Hôpitaux de Paris

Créée en 1849 suite à la fusion des universités et hôpitaux médicaux parisiens, dont certains parmi les plus anciens au monde, l'AP-HP (Assistance Publique et Hôpitaux de Paris) est un conglomérat médical public géant de 39 hôpitaux de plus de 100 000 salariés, financé par un budget annuel de plus de 7 milliards d'euros.

C'est un centre d'excellence. Selon les statistiques publiées régulièrement, par exemple. Webometrics 2018, AP-HP est classé N ° 1 des hôpitaux en Europe en termes d'activité et d'efficacité, 8ème au monde, N ° 1 sans compter les hôpitaux américains.

C'est également le plus grand centre de recherche biomédicale d'Europe.

ORGANISATION

  • 39 hôpitaux
  • 4 centres dédiés aux pathologies cardiologiques graves
  • 25 hôpitaux en situation d'urgence grave
  • 8 hôpitaux spécialisés pour les enfants
  • 1 hôpital entièrement dédié aux polytraumatismes (accidents)
  • 700 services médicaux
  • 117 pôles médicaux

BUDGET ET RESSOURCES HUMAINES

  • 7,7 milliards d'euros dont 58% pour les salaires, 409 millions d'euros pour l'investissement et la R&D
  • Plus de 100 000 salariés, 1er employeur de la région Paris-Ile de France
  • 12298 médecins
  • 19 456 infirmières
  • 52361 ambulanciers paramédicaux
  • 14 000 techniciens
  • 210 types d'emplois différents

ACTIVITÉ

  • 8,3 millions de patients
  • 5,2 millions de consultations programmées
  • 1,4 million de consultations d'urgence
  • 1,35 million d'hospitalisés
  • 347 031 chirurgies dont 92 386 en ambulatoire
  • 248 909 hospitalisations psychiatriques
  • 2502 transplantations (40% du total français)
  • 37 948 naissances dans les 13 maternités
  • 16 240 hospitalisations à domicile
  • 456 557 scanners
  • 195,583 IRM
  • 55192 examens par imagerie gamma

ÉDUCATION, RECHERCHE ET COOPÉRATION

  • 3 universités de médecine, 7 associées
  • 9 757 publications scientifiques
  • 4 462 programmes de recherche
  • 4500 essais cliniques
  • 825 brevets actifs
  • 7 400 étudiants en médecine
  • 450 médecins étrangers en programme d'échange
  • 47 partenariats avec des hôpitaux et universités étrangers

ÉQUIPEMENT

  • 20 428 lits, dont 2 719 pour les consultations externes
  • 50 services chirurgicaux avec 293 salles d'opération
  • 43 scanners
  • 34 IRM
  • 3 robots DaVinci
     

Hôpital Necker - Enfants malades

HISTOIRE

Au début du XVIIIe siècle, le pasteur de l'église Saint-Sulpice a transformé un ancien pensionnat en petit hôpital paroissial: l'hôpital de l'enfant Jésus. En 1751, elle est devenue une Fondation royale et pendant la Révolution française, elle a été transformée en Maison nationale orpheline.

En 1778, Suzanne Necker, l'épouse du ministre des Finances de Louis XVI, crée un hôpital situé juste à côté, dans la rue Sèvres, pour se consacrer à la médecine et à la chirurgie des adultes. Elle voulait que ce soit un hôpital exemplaire où chaque patient aurait un lit individuel. C'est dans cet hôpital que René Laennec a inventé le stéthoscope en 1816.

En 1802, le Conseil général de l’hôpital décide de regrouper tous les orphelins dans un foyer pour enfants, les Enfants trouvés, en banlieue de Saint-Antoine. L'ancienne maison des orphelins a ensuite été transformée en lieu d'accueil pour tous les enfants malades de moins de 15 ans, jusque-là hospitalisés dans les hôpitaux pour adultes Hôtel Dieu, La Charité, Necker, Cochin et Beaujon.

Cet hôpital de 250 lits a été rebaptisé Hôpital des Enfants Malades. Ce fut le premier hôpital pédiatrique créé au monde.


AUJOURD'HUI

L'hôpital Necker-Enfants Malades bénéficie de ce double héritage: outre ses services dédiés à la médecine et à la chirurgie infantile, il dispose d'un service adulte de plus de 200 lits.

Profitant de ses origines uniques, ses équipes médicales ont développé un service médical de classe mondiale, soutenu par une synergie exceptionnelle entre l'expertise technique, les unités de recherche et les unités cliniques.

En tant que centre référentiel majeur pour les maladies rares et les pathologies complexes, l'hôpital Necker-Enfants Malades offre des prestations bien au-delà de Paris et de sa région: plus de 20% des patients proviennent d'autres provinces de France ou de l'étranger.
 

FAITS ET CHIFFRES

  • Personnel

- 700 personnels médicaux / 3 200 paramédicaux
- 600 lits

  • 9 départements

- Pédiatrie spécialisée
- La chirurgie pédiatrique
- Obstétrique et cardiologie pédiatrique
- Soins intensifs, Urgences, Anesthésiologie
- Hématologie, Immunologie, Infectiologie
- Uro-néphrologie, ophtalmologie
- Imagerie
- Médecine de laboratoire et pharmacie
- Recherche clinique, informatique et santé publique

  • Soins (par an)

- 62 000 hospitalisations
- 74 000 urgences
- 2400 naissances
- 310 000 consultations
- 240 greffes d'organes
- 100 000 projections d'images
- 140 000 000 analyses de laboratoire

Hôpital des Quinze-Vingts

L'Hospice de Quinze-Vingts a été fondé en 1260, par le roi Saint-Louis pour accueillir les Parisiens aveugles et démunis. Il s'agit du plus ancien hôpital ophtalmologique spécialisé encore actif au monde.

Le grand nombre de croisés qui ont perdu la vue pendant les croisades a certainement joué un rôle dans l'établissement de l'hôpital. Le nom "Quinze-Vingts" (15 fois 20) vient de l'ancien système numérique à base 20, soit un hôpital avec 300 lits.

Aujourd'hui, le Centre Hospitalier National d'Ophtalmologie des Quinze-Vingts (CHNO) poursuit les missions d'un hôpital universitaire: soins, enseignement, recherche et prévention.

Entièrement concentré sur une seule discipline - l'ophtalmologie -, le CHNO est devenu au fil du temps, un pôle de référence dans le traitement des pathologies de la vision. Il est reconnu dans le monde entier et a contribué à la formation de plusieurs générations d'ophtalmologistes français et étrangers.

Les nouveaux bâtiments abritent 3 organisations:

  • l'Hôpital National d'Ophtalmologie (CHNO),
  • la résidence Saint-Louis, une structure pour la prise en charge des aveugles et malvoyants,
  • l'Institut de la Vision, le plus grand centre de recherche européen sur les maladies oculaires.

STATISTIQUES

PERSONNEL

  • 125 médecins
  • 656 personnels médicaux
  • 280 scientifiques et chercheurs internes

ACTIVITÉ MÉDICALE

  • 309 000 consultations et fonctions auxiliaires
  • 60 242 visites au centre d'urgence
  • 31 581 patients hospitalisés et externes
  • 21 150 actes chirurgicaux
  • 10 685 chirurgies de la cataracte
  • 3416 chirurgies rétiniennes
  • 1702 chirurgies du glaucome
  • 1 497 chirurgies réfractives
  • 521 greffes de cornée
     

ACTIVITÉ ACADÉMIQUE ET RECHERCHE

  • 118 expériences cliniques
  • 115 publications
  • 91 traductions industrielles
  • 27 programmes de recherche académique français et européens
     

QUELQUES CONTRIBUTIONS DE L'INSERM AUX TRAITEMENTS DE L'HOPITAL DES QUINZE-VINGTS POUR LES MALADIES INCURABLES DES YEUX

Depuis 2001, la carrière hospitalière et les activités de recherche de José-Alain Sahel sont étroitement liées aux Quinze-Vingts lorsqu'il rejoint le CHNO en tant que chef du service d'ophtalmologie. Co-fondateur de l'Institut Européen de la Vision, il est depuis 2005 coordinateur du centre d'investigation clinique INSERM / AP-HP et, depuis 2006, directeur du centre national de référence des maladies rares "Dystrophies rétiniennes héréditaires".

José-Alain Sahel a concentré ses activités de recherche sur les maladies rétiniennes incurables. Il a, entre autres, développé des thérapies innovantes pour la protection des photorécepteurs rétiniens et identifié des protéines responsables de mécanismes clés dans le maintien de la vision centrale.

La recherche clinique menée à Quinze-Vingts est étroitement liée aux travaux scientifiques menés par les quelque 280 chercheurs de l'Inserm, de l'Université Pierre et Marie Curie et du CNRS qui travaillent aujourd'hui à l'institut.

Différentes approches sont développées:

  • Biologie du développement du système visuel;
  • Compréhension et évaluation du traitement des informations visuelles;
  • Décodage des mécanismes génétiques impliqués dans les maladies ophtalmologiques;
  • Conception et évaluation de traitements innovants

INSTITUT DE LA VISION - GROUPEMENT EUROPÉEN DES MÉDICAMENTS

L'histoire continue de faire de cet hôpital un précurseur en ophtalmologie avec la création de l'Institut de la Vision, qui a ouvert ses portes en mars 2008 sur le site du CHNO, 17, rue Moreau à Paris. Il a été qualifié de projet structurant du pôle de compétitivité mondial de classe mondiale en médecine.

L'Institut de la Vision est un centre de recherche international entièrement dédié à la recherche sur les maladies de la vision.

L'organisation innovante de l'Institut de la Vision - qui rassemble chercheurs, médecins et industriels avec les patients du Centre Hospitalier National d'Ophtalmologie (CHNO) de Quinze-Vingts à Paris -, permet de découvrir, tester et développer de nouvelles solutions ou technologies thérapeutiques pour prévenir les maladies oculaires ou limiter leurs effets.

Conçu comme un lieu de rassemblement et d'échange, il permet le partage d'idées, l'émergence de nouvelles questions et l'accélération du transfert des résultats de la recherche pour la prise en charge des patients.

Le campus comprend, en plus du Research Center Vision Institute, du Clinical Investigation Center CHNO Quinze-Vingts, du Center for Rare Diseases of the Retina Incubator / Nursery See & Hear, qui héberge une douzaine de start-ups dynamiques.

Toutes les activités et projets de l'Institut Vision sont coordonnés par la Fondation Voir & Entender, en collaboration avec ses trois organisations faîtières: l'Université de la Sorbonne, l'Inserm et le CNRS.

Recherche

L'Institut de la Vision abrite une vingtaine d'équipes académiques (Université de la Sorbonne - Inserm - CNRS) dont les travaux portent sur les maladies de la vision et les moyens de les traiter: DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge), glaucome, rétinopathies pigmentées et diabétiques, rétine artificielle , optogénétique, thérapies cellulaires et génétiques, imagerie rétinienne, dépistage à haut débit, etc.

Une collaboration importante s'est développée avec des équipes de l'Observatoire de Paris, de l'Institut Pasteur, du Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil, de l'Institut Langevin et de l'Institut Européen des Neurosciences Théoriques.

Plusieurs industriels se sont également déplacés au Vision Institute pour développer leurs projets dans un écosystème dédié à la vision: découverte de nouveaux médicaments, imagerie, chirurgie, nouvelles technologies, etc.

Les chercheurs et industriels bénéficient des installations uniques du Vision Institute - une quinzaine de plates-formes technologiques de pointe pour l'analyse, l'exploration et l'imagerie oculaires - ainsi que de la plateforme d'évaluation fonctionnelle du Centre d'Investigation Clinique du CHNO de Quinze- Vingts.

Prendre soin des patients

Des chercheurs de l'Institut de la Vision travaillent au quotidien avec des médecins du CHNO Clinical Investigation Center de Quinze-Vingts.

Ce centre gère plus de 60 études cliniques sur les pathologies visuelles et leurs traitements. Les études actuelles comprennent la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA), la rétinopathie pigmentaire et l'occlusion veineuse rétinienne diabétique, la rétine artificielle, le glaucome et l'imagerie rétinienne haute résolution.

Les médecins et chercheurs travaillent également en étroite collaboration avec les hôpitaux partenaires, dont la Fondation Ophtalmologique A. de Rothschild, les AP-HP (Hôpitaux Lariboisière et Pitié-Salpêtrière) et le Centre Hospitalier Intercommunal de Paris Créteil.

Statistiques

18 équipes réparties en 5 départements dédiés à la recherche académique :

  • La biologie
  • La génétique
  • Outils d'imagerie
  • Informations visuelles
  • Thérapeutique
  • Photonique
  • 280 chercheurs
  • 20 médecins
  • 12 plateformes technologiques de pointe
  • 50 études cliniques en cours
  • 8 sociétés partenaires internationales
     

Source: site Internet de l'hôpital des Quinze-Vingts - juin 2019

Neuro Sainte-Anne

Construit en 1867, le Centre hospitalier de Sainte-Anne a subi de nombreux changements pour devenir un centre de référence en psychiatrie et en neurosciences

Ses domaines d'excellence sont les suivants:

  • Neurologie
  • Chirurgie neurovasculaire
  • Neuro-oncologie
  • Neuro-anesthésie complexe et réanimation
  • Électro-convulsivothérapie
  • Évaluation et traitement de la douleur
  • Traitement des carences en mémoire et en langage
  • Médecine physique et rééducation neuro-orientée

Le service de neurologie du Centre hospitalier de Sainte-Anne est composé de 2 unités:

  • Unité neurovasculaire
  • Unité de neurologie générale

UNITÉ NEURO-VASCULAIRE (UNV)

Prise en charge 24 heures sur 24 des patients ayant subi un AVC: infarctus cérébral, crises ischémiques transitoires, hémorragie cérébrale et méningite.

Le programme VNU de Sainte-Anne est l'une des 4 unités de recours neurovasculaire de la région Île-de-France. Il dispose de 36 lits dont 10 de soins intensifs et bénéficie d'une plateforme technique unique offrant un accès 24h / 24 aux services d'imagerie neuro-radiologique (IRM 1.5T et 3T), de neuroradiologie interventionnelle (NRI), de neurochirurgie et de neuro-réanimation.

Plus de 1000 cas cardiovasculaires par an sont envoyés directement par les services d'urgence, les hôpitaux partenaires ou les médecins de ville.

UNITÉ DE NEUROLOGIE GÉNÉRALE

Prise en charge des patients atteints de la maladie de Parkinson, de tremblements, de dystonie cervicale, de crampes d'écrivain, etc. 

NEURO-ONCOLOGIE

La neuro-oncologie est une discipline clinique et scientifique très large qui concerne la prise en charge diagnostique et thérapeutique des:

  • Tumeurs primaires du système nerveux central (gliome, lymphome, méningiome ...),
  • Complications neurologiques des cancers tumoraux (métastases de la neuroaxe et de ses enveloppes) ou non (effets secondaires neurologiques des traitements antinéoplasiques, syndromes paranéoplasiques ...)
  • Pathologies neuro-oncogénétiques.

L'unité fonctionnelle de neuro-oncologie neurochirurgicale est un élément central du pôle hôpital-université neuro Sainte-Anne pour le diagnostic, le traitement et le suivi de toutes les tumeurs du cerveau, des méninges et des nerfs.

Cela est rendu possible par une approche multidisciplinaire en relation avec les services d'imagerie, la neuropathologie, la neurologie, l'anesthésie-réanimation, la douleur, la rééducation, la psychiatrie et la neurophysiologie.

L'unité est équipée d'une plate-forme technique de pointe. Les équipes travaillent en étroite collaboration lors de réunions de collaboration multidisciplinaires (RCP).

Un exemple de cette interaction est la capacité à gérer les tumeurs cérébrales situées dans des zones à haut risque et jugées inopérantes par certaines équipes. En particulier, l'expertise de la chirurgie consciente qui permet de cartographier les fonctions cérébrales lors de l'intervention afin d'éliminer les lésions avec un maximum de sécurité.

La neuro-oncologie représente un enjeu majeur pour la recherche en neurosciences au sein du pôle et le service de neuro-oncologie du Neuro Sainte-Anne est l'un des meilleurs services de neurochirurgie en France.

SERVICE DE RESUSCITATION D'ANESTHÉSIE NEUROSURGIQUE

Le service d'anesthésie-réanimation neurochirurgicale est organisé en quatre centres d'activités: anesthésie, réanimation neurochirurgicale, unité de thérapie électroconvulsive (ECT), centre d'évaluation et de traitement de la douleur (CETD)

Le médecin anesthésiste assure la prise en charge périopératoire (consultation d'anesthésie, procédures anesthésiques, suivi post-interventionnel) de tout patient pour lequel une indication opératoire est donnée, que ce soit dans le cadre d'une intervention chirurgicale programmée ou d'une indication d'urgence chirurgicale. Cette activité anesthésique est réalisée au bénéfice des patients:

Souffrant de pathologie neurochirurgicale, de chirurgie oncologique, d'épilepsie ou de chirurgie vasculaire,
Avec une pathologie de la colonne vertébrale,
Exiger une prise en charge diagnostique ou thérapeutique des malformations vasculaires par l'équipe de radiologie neurovasculaire interventionnelle,
Besoin de soins dentaires ou de chirurgie du visage de patients justifiant un traitement de sismothérapie
Réanimation neurochirurgicale
Cette unité de 10 lits assure la continuité des soins aux patients pris en charge par l'équipe chirurgicale ou l'équipe de radiologie interventionnelle.

Unité de thérapie électroconvulsive
La thérapie électroconvulsive (ECT) est un traitement psychiatrique qui consiste à provoquer une crise comitienne généralisée au moyen d'un courant électrique en application transcrânienne.

La prise en charge des patients par le médecin anesthésiste intensif commence dès que le psychiatre donne l'indication à la consultation d'anesthésie.

Cette procédure est réalisée sous anesthésie générale à court terme, dans des salles spécifiques qui comprennent une salle de surveillance post-intervention.

Centre d'évaluation et de traitement de la douleur (CETD)
Rattaché au Département d'Anesthésie Réanimation Neurochirurgicale, le CETD assure:

  • Consultations (évaluation, gestion de la douleur)
  • Traitements d'acupuncture
  • Soins psychologiques
  • Rééducation fonctionnelle (plateau de rééducation, balnéothérapie)
  • Urgences

Le service assure la prise en charge des patients admis dans le cadre de la permanence des soins de santé locaux et la permanence des recours (ancienne grande garde)
MÉDECINE PHYSIQUE ET RÉHABILITATION D'ORIENTATION NEUROLOGIQUE (MPR)

La gestion des patients dans le service MPR est assurée par une équipe multidisciplinaire composée d'un médecin MPR, d'infirmières, d'aidants naturels, de physiothérapeutes, d'ergothérapeutes, d'orthophonistes, d'un travailleur social et d'un psychologue et vise à réduire et à prévenir les fonctions, physiques, psychologiques et les conséquences sociales des déficiences neurologiques.

Le service MPR comprend 2 unités:

  • Unité d'hospitalisation
  • Unité d'hospitalisation ambulatoire

Unité d'hospitalisation
Unité d'accueil des patients atteints de séquelles neurologiques (motrices, sensorielles, neuropsychologiques).

Unité d'hospitalisation ambulatoire
L'accueil du patient en hospitalisation de jour est proposé lors d'une consultation médicale spécialisée en médecine physique et rééducation.

Après la consultation d'admission à l'hôpital de jour MPR, les objectifs de réadaptation sont fixés avec le médecin. Un horaire hebdomadaire des séances proposées est remis au patient avec la date de début et de fin de ses soins.

Examens effectués

  • Évaluation des déficiences et des incapacités sensitivo-motrices en phase aiguë ou à distance d'une affection neurologique,
  • Évaluation des déficiences et des déficiences cognitives dans la phase aiguë ou distante d'une affection neurologique,
  • Évaluation et traitement de la spasticité:
  • Bloc neuro-moteur périphérique
  • Injection de toxine botulique
  • Cadre fonctionnel pour évaluer l'autonomie des patients dans les activités de la vie quotidienne
  • Rééducation de l'effort après une lésion neurologique
  • Consultations spécifiques au handicap et à la famille

UNITÉ DE NEUROLOGIE DE LA MÉMOIRE ET DE LA LANGUE

Cette unité est destinée aux patients souffrant de troubles de la mémoire, du langage ou cognitifs.

L'objectif est de poser un diagnostic précis et de proposer des soins multidisciplinaires adaptés à la maladie. Une étroite collaboration est assurée avec le centre d'évaluation des troubles psychiques et du vieillissement du Dr Thierry Gallarda.
 

NEUROPHYSIOLOGIE

Explorations fonctionnelles - Électroencéphalographie (EEG) - Électromyographie (EMG) - Potentiels évoqués (EP)
 

Source: site web Neuro Sainte Anne - juin 2019

Hôpital Saint-Joseph

L'hôpital Saint-Joseph géré par la fondation Saint-Joseph, est un hôpital privé à but non lucratif, Établissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif (ESPIC).

Son offre de soins de référence composée de 25 services de spécialités médicales, chirurgicales et obstétriques s’organise autour d'une offre globale de soins regroupées en 5 pôles d’activité cliniques ou médico-techniques. 

Alliant technicité, savoir-faire médical et humanité dans les prises en charge des patients, l'Hôpital Saint-Joseph est classé 1er établissement de France en santé privée d’intérêt collectif, 34ème meilleur hôpital de France (classement 2019 du magazine le Point), 5ème meilleur hôpital d’île de France et parmi les 100 meilleurs hôpitaux du monde (World Best Hospital 2019).